Certaines élites politiques VS Populations

Certaines élites politiques VS Populations
Certaines élites politiques VS Populations

Certaines élites politiques VS Populations
Depuis bientôt une décennie, les populations d’ici et d’ailleurs sembleraient dégoutées par la politique ou par certaines élites politiques. Cette méfiance et ce manque de confiance seraient résumées par :
1 ) le –gnép bèn la gnou –
2) le « kou ndobin rèy sa mame,so céné lou gnoul nga daw ».
Pourtant, il y’a plein qui sont dignes de foi , de respect, de confiance, ceux là qui s’investissent pour l’humaine condition –,
Feriez vous mieux que ces politiciens si vous étiez à leurs places – critiquer,dafa yomb ,mais c’est bon parce que dafay alerter, etc.
Nous avons interrogé beaucoup de personnes pour connaître les racines de ce pessimisme souvent béat et compris le pourquoi du fossé qui grandit au quotidien entre certaines élites politiques et les populations. Leurs arguments gravitent essentiellement autour de ceci :
1) Des intérêts contradictoires entre les deux camps : d’après eux, les objectifs perçus une fois au pouvoir et ceux déclarés en amont sont contradictoires (l’intérêt individuel ou l’intérêt d’une minorité primerait sur l’intérêt général)
2) Les dérives, les scandales, les mépris, l’exclusion, la division, le rejet … : référez vous aux débats stériles dans les médias ou sur le terrain .Ces pratiques seraient destructrices de notre humanité…- la sociabilité –
3) La culture de la violence dans les arènes politiques – ou mieux il y’a plus de violence en périodes post et pré campagne électorale –
4) Le choix de certaines personnes… ne se fonderaient ni sur des valeurs morales encore moins intellectuelles — Ce serait le – sama kharit la – le — sama ceci la,– sama cela la –,oubliant du coup qu’on est là pour tout le monde : une pratique très africaine —
5) Faire de la politique serait un raccourci pour s’enrichir
6) Que les personnes dont les qualités morales et intellectuelles ne souffrent d’aucune contestation réussiraient difficilement en politique
Malgré ces réactions négatives, tous ont reconnu avec beaucoup d’humilité, que :
1) leurs compétences demeurent indispensables.
2 ) personne ne peut faire l’unanimité
Par ailleurs, certains préféreraient le —yafi seuss –
Le « «quand on n’a pas ce que l’on veut, on se contente de ce qu’on a »
Voilà pourquoi, certains seraient élus parce qu’aucune autre candidature ne fait le poids : En d’autres termes, c’est ce que nous appelons – ya fi seuss moy takha falou —
L’Analyse de ce qui se passe actuellement dans le monde prouve que, les populations seraient de nos jours plus proches de ceux là dont les qualités morales et intellectuelles ne souffrent d’aucune contestation — cela prouve que beaucoup ont toutes les qualités qui leur permettraient de bénéficier du soutien des populations —
D’autres sympathiseraient avec des rejetés, des exclus – les Coumba amoul Ndèye —
Ces mêmes individus pensent qu’il est opportun que certains politiciens soient très proches d’eux et qu’ils reconnaissent et acceptent la différence.
Les populations, surtout celles africaines, sont très sensibles aux visites de proximité — culture de la solidarité, de la confiance, de la sympathie … – koula yég, nga yég ko –
L’isolement se résumerait par le slogan – auto bu panne, boko poussé bamou tak, mou dèm bayi la fa —très philosophique –

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here