Encore une triste journée pour la démocratie sénégalaise!

Quel que soit l’emballage de l’affaire Khalifa Sall, c’est une entreprise de liquidation politique. La séquence de la levée d’une immunité parlementaire, dont on lui avait jusqu’ici refusé le bénéfice, a ouvert les yeux à tous les observateurs objectifs.

Il est dommage que certains magistrats se prêtent à des mises en scène grossières qui déshonorent leur profession et le Droit. La loi du plus fort semble donc toujours la meilleure. Mais la force est, par essence, appelée à décliner. Un jour ou l’autre. Nous avons vu tellement de juges qui se croyaient tout permis chavirer dans la misère, la solitude et la maladie…

Nous avons vainement tiré les sonnettes d’alarme depuis des mois. Surdité totale de ceux qui se croient du bon côté du manche.

Malgré tout, personne ne nous convaincra que c’est le souci de nos deniers qui est à la base de l’acharnement contre Khalifa SALL. Car, pendant qu’on le juge, on ferme les yeux sur des scandales plus récents ou en cours…

À moins qu’il ne s’agisse du remake de la mise en scène du film « Karim à Doha » : condamner pour « gracier » dans les pires conditions un adversaire irréductible.

La pièce mériterait d’être revue et corrigée. Tant les rebondissements sont connus, par avance, par tous les initiés.

« A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire »

-Écrit par Amadou Tidiane Wone.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here