NOUS RESTERONS TOUJOURS DES AFRICAINS ‘BANANIA »…a commencer par la plupart de nos dirigeants..

NOUS RESTERONS TOUJOURS DES AFRICAINS ‘BANANIA »…a commencer par la plupart de nos dirigeants..
Le trafic d’êtres humains en Libye est mené par de nombreuses nationalités. Mais selon un rapatrié camerounais, les Nigérians et les Ghanéens, occupent le haut du classement dans cette pratique inhumaine en Libye.

Foka Fotsi, qui a été victime de la traite à deux reprises, a déclaré à Reuters que les responsables d’un des lieux où il était détenu comprenaient des Ghanéens et des Nigérians. L’histoire de Fotsi a corroboré un autre témoignage d’un Nigérian dans l’Etat d’Edo, au sud du Nigeria, qui a identifié un certain Charles, un Nigérian qui selon lui est le principal responsable du trafic.

Incapable de trouver du travail pour subvenir aux besoins de sa famille, Fotsi a décidé de quitter le Cameroun l’année dernière, mais est tombé entre les mains d’un réseau d’enlèvement libyen avant d’atteindre l’Europe.

« Il y avait la torture comme je n’ai jamais vu. Ils te frappent avec des battes de bois, avec des barres de fer« , dit-il, enlevant le capuchon de son sweat-shirt et montrant les blessures rouges encore crues sur son crâne.

« Ils nous suspendent au plafond par nos bras et jambes et nous jettent ensuite sur le sol. Ils nous balancent et jettent contre le mur, encore et encore, dix fois au moins ». « Ce ne sont pas des êtres humains. C’est le diable personnifié ».

Les Nigérians et les ghanéens dirigent des camps d’esclaves en Libye, selon un rapatrié camerounais

Christelle Timdi, une autre Camerounaise a raconté son expérience horrible dans ce pays nord-africain.

Quand des hommes en uniforme sont montés à bord de l’embarcation en caoutchouc surchargée qui la transportait, son petit ami et elle étaient en route pour tenter d’aller mener une nouvelle vie en Europe. Elle pensait que les garde-côtes italiens étaient venus pour les sauver.

Mais les hommes ont sorti des armes et ont commencé à tirer. « Beaucoup de gens sont tombés dans la mer », a déclaré la Camerounaise de 32 ans en racontant avoir vu son petit ami, Douglas, tomber dans l’eau et disparaître dans l’obscurité.

Les hommes armés ont ramené Timdi et ses compagnons de voyage en Libye où ils ont été enfermés, violés, battus et forcés de faire des appels à leurs familles à la maison pour obtenir des rançons afin de garantir leur liberté.

Timdi, qui est rentrée au Cameroun la semaine dernière, a raconté son histoire alors qu’une vidéo sur la vente de migrants en Libye diffusée par CNN, faisait un tollé.

Le gouvernement libyen, soutenu par les Etats-Unis, a déclaré qu’il enquêtait et a promis de traduire les responsables en justice

Timdi révèle qu’elle n’avait pas vu les images diffusées par CNN, mais qu’elle avait été témoin du commerce d’humains en Libye.

« Je l’ai vu de mes propres yeux », a-t-elle dit, décrivant comment elle avait vu un Sénégalais acheter un migrant africain.

La Libye est le principal point de départ pour les migrants qui tentent d’atteindre l’Europe par bateau.

Timdi a déclaré que de nombreux trafiquants se présentaient comme des gardes-côtes, des policiers et des chauffeurs de taxi pour piéger les victimes.

Il y avait environ 130 autres migrants sur son bateau quand les tireurs ont ouvert le feu au milieu de la nuit, a dit Timdi.

Après avoir été ramenés en Libye, ils ont été enfermés dans un bâtiment d’usine abandonné où les hommes prenaient et violaient les filles et les femmes – et parfois même les hommes.

« Nous avons essayé de cacher les jeunes filles parmi nous », a déclaré Timdi, décrivant les moments terrifiants où les gardes parcouraient la pièce avec des torches, à la recherche de leurs prochaines victimes.

« J’étais enceinte – c’est pourquoi je n’ai pas été violée. Et tout est fait devant les autres – ils disent que c’est pour que vous sachiez ce qui va vous arriver si vous ne payez pas. «

Les Nigérians et les ghanéens dirigent des camps d’esclaves en Libye, selon un rapatrié camerounais

Timdi a déclaré que les installations utilisées par les trafiquants semblaient être bien organisées et surveillées, ajoutant que la plupart des gens à l’intérieur portaient de faux uniformes de police ou militaires.

« L’endroit était entouré de véhicules de type militaire avec des fusils prêts à tirer, donc nous n’avons pas osé essayer de nous échapper. »

La famille de Timdi a payé 1 million de francs CFA (1 800 dollars), collectés difficilement auprès de parents et d’amis, pour la libérer. Mais elle a dit que les rançons n’étaient pas une garantie de sécurité.

Les trafiquants travaillent avec un réseau de chauffeurs de taxi qui sont censés transférer les migrants libérés dans les camps de migrants – mais qui souvent les ré-enchaînent, a dit M. Timdi.

«S’ils vous envoient un bon taxi, vous arriverez à destination, mais si c’est un mauvais taxi, le chauffeur vous vendra à quelqu’un d’autre», a-t-elle dit.

« Il y a des gens qui ont été revendus deux fois, trois fois. Et quand vous appelez votre famille pour leur dire que vous avez été revendu une fois de plus, personne ne vous croira, ils n’enverront plus d’argent pour vous libérer. »

Timdi a été libérée par ses ravisseurs en octobre et a donné naissance à une petite fille, Brittanie, dans un hôpital libyen quelques jours plus tard.

Timdi et Fotsi faisaient partie des 250 camerounais qui ont été rapatriés la semaine dernière par l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) dans le cadre d’un programme de retour volontaire pour les migrants bloqués en Libye.

Les Nigérians et les ghanéens dirigent des camps d’esclaves en Libye, selon un rapatrié camerounais

Le programme, financé par l’Union européenne, a fourni aux rapatriés des vêtements et des contrôles médicaux. Les plus vulnérables, y compris les femmes enceintes, ont également reçu environ 400 euros.

Boubacar Saybou, directeur de l’OIM au Cameroun, a déclaré qu’il était en train de lancer un programme pour aider les migrants à créer des entreprises et qu’il fournirait également des fonds de démarrage.

« Nous devons créer des opportunités pour eux ici. C’est ce qui est important « , a-t-il dit.

Fotsi a dit qu’il espérait suivre le projet. Mais pour l’instant son problème le plus pressant était de trouver un endroit pour dormir.

« Je prie pour que Dieu me donne un travail que je peux faire ici », a-t-il dit.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here