Macky: Pire qu’un moribond !

Adama Gaye

 

Pendant que Macky SALL tente de mobiliser ridiculement ses derniers alliés, dans un ultime sursaut de déshonneur, en espérant endiguer la massive marée noire vouée à l’engloutir, c’est d’un pays, longtemps derrière le nôtre dans les aspirations démocratiques et le culte de la transparence économique, qu’une leçon lui est administrée.
N’avez-vous pas noté l’effort surhumain fait sur lui par le Président Gabonais, Ali Bongo Ondimba, malade ou mourrant?, qui est sorti hier de son silence-hibernation de 6 mois pour demander à son premier ministre de former une nouvelle équipe. “Aucune concession à ceux qui sont mêlés à des crimes économiques ou ont violé l’éthique”, a-t-il dit en substance, après avoir chassé de leurs postes deux importantes autorités du gouvernement impliquées dans un traffic de bois, devenu le Kevazingogate.
Quel paradoxe! Que le Gabon, naguère siège de la monocratie et des pratiques anti-démocratiques, de la spoliation des deniers et ressources nationaux, trouve le souffle pour s’attaquer, ne serait-ce que verbalement, aux maux qui le rongent, c’est un exploit d’autant plus remarquable que le Sénégal, hier meilleur élève de la classe sur le continent, s’enlise dans les bas-fonds de la criminalité économique et de la prédation électorale.
Le Gabon qui rit, s’évertue à retrouver la voie de la convalescence politique. Le Sénégal qui se meurt, renfrogné, sous le poids des compromissions toxiques avec les forces du mal, Timis, Kosmos, BP, espions israéliens, et, donc, s’achemine vers la case: malédiction. Or, c’est dans un tel contexte que Macky SALL, incapable d’assumer ses fautes, sa culpabilité, et celles de son frère, de sa fratrie élargie, veut nous faire passer des vessies pour des lanternes. En rameutant sa garde fragilisée, pour essayer encore aujourd’hui de nous faire accroire que le dernier reportage de la BBC sur le sac de nos hydrocarbures relève d’une vue de l’esprit. Dans ces moments lourds où la nation est interpellée, on le voit à la manœuvre prétextant le limogeage, plus leurre que lueur, de son encombrant frère, Aliou, de la Caisse de Dépôts et Consignations qu’il dirige comme un casino jouant avec nos sous. Y compris en s’achetant une double tour à 30 milliards surfacturés sans notre aval. Il est vrai que Thierno Niane, son prédécesseur, et, sous Wade, Falilou Mbacke Diagne, avaient aussi gravement pillé la pauvre caisse. Tous doivent être poursuivis!
Mais n’attendons rien du médiocre Macky. Il a oublié sa creuse promesse de mettre la patrie avant le parti. Et, avec les siens, nous voyons, en ces moments graves, le réflexe de la survie des criminels nés dans le sillage du Khalife général koulou todjeman qu’il est devenu. Maintenant que ses scandales prennent une dimension planétaire, c’est carrément la course effrénée vers les abris nucléaires…
Après tant de scandales plus ou moins étouffés, la coupe est désormais pleine. C’est hélas triste, mais pas surprenant, compte tenu de ses antécédents criminels, de voir tout un gouvernement illégitime mobilisé pour sauver la peau des Salltons. Ce n’est pas leur rôle. Les urgences matinales sont à l’abandon. Le pays est oublié au profit du sauvetage, devenu la priorité prioritaire, de ceux qui l’ont evisceré.

C’est ce désordre dans l’ordonnancement des priorités qui fait qu’aujourd’hui, même moribond?, Ali Bongo Ondimba, présente un meilleur score-card, un bilan, sur le front de la posture éthique qu’un Macky SALL plus déterminé que jamais à achever son projet d’assassinat de la nation. Nous y sommes, en plein yonou wagnekou, sur le chemin de la décadence, de la malediction.
En vertu de quoi, un moribond d’un Émirat pétrolier gabonais en faillite fait mieux qu’un président né après les indépendances lol qui s’affirme comme l’étoile polaire de la criminalité contre le pauvre Sénégal !

Ps:
Où est Souleymane Jules Diop ? Le mal PUDC est aussi lethal.
Karim khewi Fofayna?
Et les autres criminels.
Il nous faut un chasseur de nazis sénégalais…
Ceux qui parleront au nom de Mickey ne comptent pas de connaisseurs authentiques du pétrole, du gaz et des contrats petrogaziers. Mode diversion !
Quant à ceux convoqués pour s’attaquer à la BBC, y compris quelque grand journaliste à la réputation surfaite, ils ne peuvent même pas avoir un poste de découpeur de dépêches à la BBC, l’incontestable référence mondiale en matière de journalisme radio et télé.

Articles similaires

Commentaire

error: Alert: Content is protected !!
Fermer