RECALÉ À LA PRÉSIDENTIELLE KHALIFA SALL ATTAQUE LE CONSEIL CONSTITUTIONNEL

« Le droit de réclamation contre la liste des candidats est ouvert à tout candidat. Les réclamations doivent parvenir au Conseil constitutionnel avant l’expiration du jour suivant celui de l’affichage de la liste des candidats ». C’est conformément à ces dispositions de l’article L 122 du Code électoral que Babacar Thioye Bâ, le mandataire du candidat de la coalition « Taxawu Senegaal Ak Khalifa Ababacar Sall », a déposé, ce mardi 15 janvier 2019, un recours au Greffe du Conseil constitutionnel pour « contester vigoureusement » les motifs pour lesquels les « 7 Sages » ont invalidé sa candidature.

Dans un document parcouru par Enquête et signé par Khalifa Ababacar Sall, il est rappelé que « le Conseil constitutionnel s’est basé sur les transmissions par les Procureurs généraux près la Cour d’Appel et la Cour suprême de l’arrêt numéro 454, rendu le 30 août 2018 par la première Cour citée, condamnant le candidat Khalifa Sall à 5 ans d’emprisonnement et de l’arrêt numéro 001 rendu le 03 janvier 2019, par la seconde Cour citée, rejetant le pourvoi en cassation de Khalifa Sall ».

Khalifa Sall et son mandataire ont ensuite indiqué au Conseil constitutionnel que « le Procureur général près la cour d’Appel et le Procureur général près la Cour suprême n’ont aucune qualité pour s’immiscer dans l’élection présidentielle ». Avant de déclarer que « le Conseil constitutionnel ne doit pas méconnaître le caractère suspensif du délai et du recours du rabat d’arrêt. Bref, « M. Khalifa Ababacar Sall n’a jamais été privé, de façon définitive, de ses droits civils et politiques et qu le Conseil constitutionnel ne saurait l’en priver ».

Auteur: Seneweb

Articles similaires

Commentaire

error: Alert: Content is protected !!
Fermer